Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis.

Edgar Allan Poe

 

Salut les Rêveurs !

Aujourd’hui je sors un peu de ma zone de confort pour mieux m’y replonger en m’attaquant à l’œuvre complète du démentiel Edgar Allan Poe. Oui je sais ce n’est pas de la Fantasy, et pourtant, sans lui, la littérature telle que nous la connaissons ne serait pas la même. Bien plus qu’un auteur et un conteur de génie, l’influence de monsieur Poe s’est répercutée dans beaucoup d’autres domaines artistiques.

Célèbre pour être l’une des figures majeures du Romantisme, le père du roman Policier moderne, et aussi pour sa mort énigmatique, il fait partie des génies maudits comme j’aime à les appeler. Ces artistes à la vie chaotique, souvent brève, au dénouement violent, mais au talent indéniable. Avec Van Gogh, Edgar Allan Poe partage surement la tête du classement en terme de fin catastrophique. Forcément, en tant qu’amateur de glauque, d’étrange et de morbide je me devais tôt ou tard de m’intéresser à ses écrits, j’ai donc commencé par le très populaire Double Assassinat dans la rue Morgue et j’ai enchainé avec la suite logique Le Mystère de Marie Roget. Eh bien mes aïeuls  ! Que dire … D’abord je précise que je ne suis pas fan des romans Policiers, mais en lisant ces deux nouvelles qui mettent en scène le personnage d’Auguste Dupin je suis resté sur le cul. Pas tant pour les enquêtes et leurs mystères mais surtout pour le personnage de Dupin et la façon dont les enquêtes sont abordées. Je vous plante le décor et normalement vous allez immédiatement penser à quelque chose. Le chevalier Auguste Dupin, noble français comme son titre l’indique, et un détective aux facultés d’analyse et d’observation époustouflante. Lorsque la police bute sur un mystère insolvable, elle fait appel à Auguste Dupin ; nulle énigme judiciaire ne lui résiste. Cela ne vous rappelle rien ? Un consultant super doué qui aide des policiers en galère ? Oui, oui, c’est le concept de 90% des séries policières de nos jours. Mais ce n’est pas tout, ajoutez à cela que ce super détective, bien que noble ne possède pas d’argent, a un certain sens de l’humour acide, et partage une chambre avec un ami américain (qui sert de narrateur). Oui, un duo de détectives aux personnalités atypiques et à qui rien ne résiste, les bases de Sherlock Holmes sont posées.  Avec la création d’Auguste Dupin en 1842, Poe installe la déduction au rang de science.

A l’image de ses textes, Edgar Allan Poe est synonyme de mystère, et il y a un texte, un essai pour être plus précis, que j’aimerai aborder car il symbolise (je trouve) à la fois le génie et le mystère de Poe : Eurêka. Une fascinante réflexion sur l’univers matériel et spirituel d’une puissance à vous trouer le fondement une seconde fois. Vraiment, je ne sais pas quoi vous dire à part « lisez Eurêka de Poe ! », si vous aimez cogiter sur le pourquoi du comment de l’Univers, de l’Âme et du Divin alors foncez, vous en ressortirez avec une bonne migraine mais vous ne serez pas déçus. En le lisant, je ne peux m’empêcher de penser que cet essai a eu son importance pour Lovecraft, surtout dans sa façon de lier le l’Espace et le Divin et dans sa manière d’aborder le fantastique scientifique (ce n’est que mon avis). Une chose est sûr, Edgar Allan Poe a inspiré bon nombre des grands maitres de l’étrange jusqu’à nos jours et il continuera de la faire longtemps encore.

Autre chef d’œuvre indissociable de ce grand monsieur, c’est son poème Le Corbeau, qui l’inscrit en saint-patron du Romantisme. Encore une fois, poèmes et poésies ne sont pas mes chouchous, ou alors ils doivent être profondément sombres. J’ai été servi, une vraie leçon de noirceur et de démence, de toute beauté. Il parvient à mettre en place une montée en pression et un dénouement plus que tragique avec ce simple refrain : « Le corbeau dit : Jamais plus ! »  Je suis tombé amoureux de ce poème, il passe devant Cimmérie de Robert E. Howard (c’est pour vous dire !), alors j’ai creusé un peu les autres poèmes de Poe et je suis tombé sur La Cité en la Mer dont voici le début :

La Cité en la Mer

Voyez ! la Mort s’est élevé un trône dans une étrange cité gisant seule en l’obscur Ouest ; où les bons et les mauvais, les pires et les meilleurs s’en sont allés au repos éternel. Chapelles et palais et tours (par le temps rongées, des tours qui ne tremblent pas !) ne ressemblent à rien qui soit chez nous. À l’entour, par le soulèvement du vent oubliées, avec résignation gisent sous les cieux les mélancoliques eaux.

Je ne sais pas vous, mais j’ai forcément une pensé pour ce bon vieux Cthulhu qui rêve et attend dans la cité engloutie de R’lyeh. Ce n’est que mon avis, mais je trouve que l’influence de Poe est très présente chez les auteurs dit « Lovecraftien » et chez les créateurs de la Fantasy moderne.

Bon parlons un peu de l’ouvrage quand même, L’intégrale illustré d’Edgar Allan Poe. Je ne l’ai pas lu dans sa totalité encore, il fait 800 pages, écrit sur du papier de bible (attention les yeux), avec une superbe couverture solide, type « encyclopédie ».

20190114_100447

Vous y trouverez ce dont j’ai parlé précédemment et tous le reste des écrits d’Edgar Allan Poe, logique pour un intégrale me direz-vous. Par contre je regrette un peu le coté illustré, qui se contente d’une quinzaine d’illustrations en noir et blanc sur un total de 800 pages, dont très peu en pleine page.

 

 

Elles n’en restent pas moins superbes mais pour un volume se voulant être un intégrale illustré j’étais un peu déçu qu’il ne tienne pas sa promesse.

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez vous procurer toute l’œuvre d’Edgar Allan Poe, ce superbe ouvrage est édité chez La Bibliothèque Classique et il vous en coutera 32 euros.

J’espère que cet article vous aura donné envie de plonger ou replonger dans les somptueux cauchemars de monsieur Poe. Je retourne dans ma grotte pour poursuivre mes lectures, à bientôt et d’ici là, bonne lecture. 😉

 

Chaos créatif sans limites auteur des Chroniques de Pangréa. Passionné de l'imaginaire sous toutes ses formes, vétéran du joystick et nerd à temps pleins, j'ai choisi l'écriture comme moyen d'expression.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :