Barjavel

Il n’y a d’ailleurs pas des guerre, mais seulement la guerre, comme il y a la mort. Et comme la mort, la guerre est un phénomène biologique.

René Barjavel – La Faim du Tigre

 

Salut les Rêveurs !

J’aimerais consacrer l’article de la semaine à un auteur qui tient une grande place dans ma petite tête et pourtant il n’a jamais fait de Fantasy. C’est l’une des plumes que je préfère, ses romans sont de véritables ascenseurs émotionnels, son humour noir est dévastateur, et la façon dont il aborde ses thèmes de prédilections relève du génie. Je veux bien sûr parler de monsieur René Barjavel.

Je ne reviendrai pas sur sa biographie, Wikipédia fait ça mieux que moi : Bio Barjavel

Je veux juste vous donner mon ressenti sur mes lectures et vous donnez envie de lire ou relire du Barjavel, parce que ça vaut vraiment le détour.

Il fait partie, pour moi, des rares auteurs qui  peuvent écrire absolument tout et n’importe quoi, et arrivent quand même à rendre leur textes passionnants, même s’il avait publié la recette du cake à la banane en trois anthologies, cela aurait fait un tabac. Heureusement, il a choisit des thèmes un peu plus profond que le cake à la banane.

J’ai commencé l’aventure Barjavel par une lecture forcée, pour les cours de Français en seconde, avec La Nuit des Temps. Ce livre, cet auteur, les deux, m’ont fait aimer la lecture, avec eux j’ai appris à prendre du plaisir avec un livre (pas seulement Playboy  ou Private), et douze ans après j’ai encore des scènes très net du livre en tête. C’est une petite merveille de science fiction qui débute par une expédition internationale dans le cercle arctique, un groupe de scientifiques va faire une incroyable découverte, les vestiges d’une civilisation vieille de 900 000 ans, et technologiquement bien plus avancée que l’humanité … Jusqu’à ce que dans les profondeurs des ruines, ils découvrent une sphère ovoïde en or renfermant un homme et une femme en biostase. Ils procéderont alors au réveil de la femme en premier, et là … je n’en dis pas plus. Barjavel met en lien notre civilisation et celui d’un monde antique évolué, leurs chutes, leurs espoirs, leurs bêtises, avec pour thèmes principaux l’Amour avec un grand A, et toute la tragédie qui en découle. Sa plume est un véritable ascenseur émotionnel et l’intrigue de La Nuit des Temps est l’une de ses meilleurs avec Le Grand Secret.

Le Grand Secret, du très lourd aussi, cette fois-ci c’est un roman d’anticipation, avec une trame de fond politique assez incroyable, au lendemain de la guerre froide. Celui-là je ne vois pas trop comment le résumer sans dévoiler une partie du Grand Secret, donc je préfère me taire. J’évoquerai justes quelques thèmes, on y retrouve l’Amour, l’innocence, le mensonge de grande envergure et la manipulation à grande échelle, la tragédie dans la recherche du bonheur. En revanche, âmes sensibles s’abstenir, comme dans beaucoup de livres de Barjavel, il y aura forcément un moment où vous serez heurté, où vous relirez plusieurs fois une phrase en vous disant : « Mais c’est pas possible ? Mais p****n c’est horrible ! Il ne peut pas faire ça bordel ! » Eh ben si, il l’a fait … Et dans Le Grand Secret, ça arrive plusieurs fois, le final est bouleversant, une scène apocalyptique, horrible, et décrite de manière à la rendre encore plus atroce. Bref, un chef d’œuvre.

Pour rester dans les scènes apocalyptiques, il y a l’excellent Ravage (anticipation/SF), qui dépeint la chute de l’humanité, accro à la technologie, suite à la disparition de l’électricité. La première partie du roman prend le temps de poser le décor et la société futuriste dans laquelle évoluent les protagonistes. Quant à la deuxième partie, l’intitulé parle de lui même : La Chute des Villes. Une succession de cataclysmes, de destructions, de catastrophes, avec une scène incroyable d’un Paris ravagé par les flammes. Encore une fois le final est plus que surprenant, et c’est ça que j’aime beaucoup avec Barjavel, il est surprenant !

Si la thématique des voyages temporels vous plait, sachez que son roman Le Voyageur Imprudent est un pionnier du genre puisque c’est le premier roman à aborder le paradoxe du grand-père.

Pour finir, j’aimerai citer rapidement La Faim  du Tigre, je poste souvent des citations de La Faim du Tigre sur les réseaux, ce livre est un petit ovni littéraire qui se dévore n’importe où, n’importe quand. C’est un ensemble de réflexions, d’observations, et d’interrogations sur la vie, la nature, la religion, la société, l’humanité en générale, et toutes ses tares. Souvent d’une telle évidence qu’on ne prend même plus le temps de les voir ou d’y réfléchir. Si vous avez tendance à la réflexion morose et auto-destructrice à cause de l’état de ce triste monde et des bipèdes stupides qui l’arpentent, lire La Faim du Tigre vous fera beaucoup de bien, et l’humour noir de Barjavel est tout simplement exquis.

Il me reste plusieurs livres de Barjavel que j’aimerais lire prochainement, comme Les Dames à la licorne, L’Enchanteur, et Une Rose au Paradis.

Voilà, ce sera tout pour ce petit article dédié à René Barjavel, je vous retrouve bientôt pour discuter un peu des Chroniques de Pangréa, d’ici là, bonne lecture. 😉

 

 

 

 

 

Publicités

Chaos créatif sans limites auteur des Chroniques de Pangréa. Passionné de l'imaginaire sous toutes ses formes, vétéran du joystick et nerd à temps pleins, j'ai choisi l'écriture comme moyen d'expression.

2 Comment on “Barjavel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :